Témoignage de Yves Dautremay, médecin généraliste

témoignage de Yves Dautremay, médecin généraliste pour Eté Indien Editions
Témoignage de Yves Dautremay, médecin généraliste

Abonnez-vous et vous recevrez une notification par email dès qu’un nouvel article est publié sur le blog.

Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis médecin généraliste. J’ai 65 ans.

J’ai toujours pratiqué une activité physique. Du football, du tennis et de la course à pied.

Actuellement , je pratique toujours une activité physique de manière régulière.

Pourquoi l’activité physique est-elle bénéfique pour les plus de 50 ans ?

De nombreuses maladies chroniques apparaissent après 50 ans (maladies cardiaques, diabète, hypertension, augmentation du cholestérol, ostéoporose…), la pratique d’une activité physique régulière fait partie intégrante de la prévention et du traitement de ces maladies.

L’activité physique régulière est associée à un plus faible risque de mortalité, ceci a été prouvé par différentes études.

En plus de son rôle dans la prévention et le traitement des nombreuses maladies, l’activité physique permet également un bien-être physique et psychologique indéniable.

Pour quelles pathologies l’activité physique a t-elle le plus de bénéfices ?

Elles sont nombreuses :

  • Sur le plan cardiaque : l’activité physique est en soi un facteur protecteur.
  • Sur la tension artérielle : l’activité physique entraîne une baisse des chiffres tensionnels.
  • Sur le cholestérol : l’activité physique diminue le mauvais cholestérol (le LDL) et augmente le bon cholestérol (le HDL).
  • Sur le diabète : l’activité physique peut parfois prévenir la survenue d’un diabète. De plus, elle fait partie du traitement du diabète avec les règles diététiques, les médicaments ou l’insuline.
  • Sur les problèmes de poids : l’activité physique aide à la perte de poids associée bien sur à la modification du comportement alimentaire.
  • Sur les problèmes osseux : l’activité physique joue un rôle sur la prévention de la perte osseuse notamment chez la femme après la ménopause afin de ralentir les effets de l’ostéoporose.
  • Sur les problèmes musculaires : l’activité physique aide à prévenir la perte de la masse musculaire (parfois responsable de chute chez les personnes âgées).

Enfin, des études ont montré qu’une activité physique régulière permet une diminution du risque de cancer en particulier les cancers de l’intestin et du sein.

Depuis le 1er mars 2017, les patients atteints de pathologies lourdes peuvent se faire prescrire de l’activité physique par leurs médecins traitants. Comment percevez vous cette évolution ?

Cette prescription de « sport médicament » montre la reconnaissance nationale comme quoi l’activité physique améliore la santé, comme peut le faire un médicament.

Ce cadre permet une meilleure implication du patient, bien plus efficace que lorsqu’un médecin lui dit simplement qu’il devrait faire de l’exercice.

Dans certaine pathologies lourdes, l’activité physique va aussi permettre au patient de retrouver une vie sociale et de restaurer sa propre image.

Enfin, l’expérience prouve que l’activité physique a plus de chance d’être efficace si elle est encadrée par des professionnels et sans les risques liés aux excès.

Avez vous déjà recommandé des exercices physiques à l’un de vos patients ?

Bien sur, régulièrement.

Soit comme simple prescription ou soit en complément d’un traitement.

Par exemple, en cas de diabète, d’hypertension artérielle ou d’excès de cholestérol, l’activité physique associée bien sûr à des conseils diététiques est toujours nécessaire, et ce quelque soit le traitement médicamenteux proposé.

Des études ont prouvé l’efficacité des exercices physiques dans toutes les pathologies que l’on a citées.

Testez la 1ère semaine du programme Corpore Sano